L'ICA a coorganisé une conférence sur les partenariats public-privé pour le développement des services hydrauliques et d'assainissement en Afrique

13 juin 2012

L'ICA a coorganisé une conférence sur les partenariats public-privé pour le développement des services hydrauliques et d'assainissement en Afrique

Conférence sur les partenariats public-privé
5-8 juin 2012
Dakar, Sénégal 

Thème
ACCÉLÉRER L'ACCÈS À L'EAU ET À L'ASSAINISSEMENT EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE
RENFORCER LA PARTICIPATION DU SECTEUR PRIVÉ 

Financée par
la Société financière internationale (SFI) 
le Fonds de conseil en infrastructure publique-privée (PPIAF) 
le Programme Eau et Assainissement (WSP) 
le Consortium pour les infrastructures en Afrique (ICA) 

_____________________________________________________

Le Consortium pour les infrastructures en Afrique (ICA), une initiative du G8 encadrée par la Banque africaine de Développement (BAD), a coorganisé une conférence sur les partenariats public-privé (PPP) en collaboration avec la Société financière internationale et d'autres organisations de la Banque mondiale, du 5 au 8 juin 2012 à Dakar, Sénégal. Plus de 120 participants issus d'Afrique subsaharienne se sont réunis pour aborder les manières d'augmenter les capacités des principaux décideurs dans le développement de l'accès à des services hydrauliques et d'assainissement sécurisés et fiables par le biais de projets PPP ciblés et structurés. 

Parmi les participants à la conférence figuraient les ministres de l'eau et de l'assainissement du Sénégal, de l'Ouganda, du Malawi, du Soudan, de la Mauritanie, de la Gambie et de Madagascar ; des hauts fonctionnaires en charge de l'eau et de l'assainissement ; des cadres issus des services d'eau et d'assainissement ; des financiers et des opérateurs privés internationaux. 

Dans son discours prononcé lors de la cérémonie d'ouverture, le Premier ministre du Sénégal, Abdoul Mbaye, a souligné les progrès des PPP dans son pays, les saluant comme un levier de mobilisation de ressources n'augmentant pas la dette nationale du Sénégal. Il a déclaré que les PPP, sans être la panacée, constituaient un outil puissant garantissant de meilleurs services par le biais d'investissements partagés. 

Un vrai PPP fait la part belle aux « partenariats », la garantie de meilleurs services nécessitant des efforts et un engagement considérables de la part des secteurs public et privé. La participation du secteur privé constitue une approche prometteuse à la gestion et au financement durable des services hydrauliques. 

Dans son discours, M. Sering Jallow, directeur du département Eau et assainissement de la BAD, a réitéré l'importance des PPP : « D'après plusieurs études récentes, l'investissement annuel en structures d'alimentation en eau et d'assainissement, ajouté aux besoins d'exploitation et de maintenance, nous conduit à un total compris entre 18 et 29 milliards de dollars américains par an. Selon les dernières estimations, nous mobilisons seulement environ 8 milliards, par le biais des droits de douane, de la fiscalité intérieure, des subventions gouvernementales et des paiements effectués par nos partenaires de développement. Les fonds publics ne suffisent pas à couvrir les besoins en ressources, et il est essentiel d'encourager la collaboration des différents acteurs du secteur privé, à savoir les exécutants, les financiers et les prestataires de services. » 

L'Afrique est aujourd'hui l'un des carrefours économiques au plus fort développement, de nombreux pays du continent affichant une croissance annuelle moyenne de 6 %. Cette croissance accélérée crée des opportunités d'investissement pour le secteur privé en Afrique, y compris dans les infrastructures hydrauliques. Toutefois, pour la plupart des pays africains, il est difficile d'attirer des financements de marché pour soutenir l'exploitation des services des eaux. 

Cet évènement a fourni une excellente opportunité de revenir sur les progrès des PPP du secteur africain de l'eau et de l'assainissement, en prenant exemple sur les modèles ayant porté leurs fruits en Afrique et à l'international. La SFI a organisé la conférence en partenariat avec le Fonds de conseil en infrastructure publique-privée (PPIAF), le Programme Eau et Assainissement (WSP), l'ICA et le Ministère de l'hydraulique et de l'assainissement du Sénégal. 

Cet évènement intervient dans le cadre d'une série d'initiatives de développement des compétences et de réseautage parrainés par les services de conseil de la SFI pour les partenariats public-privé. En plus de cet évènement, l'ICA a collaboré avec la SFI lors de deux séminaires dédiés aux PPP, l'un organisé dans un port du Caire en avril 2010, l'autre dans un aéroport de Dubaï en février 2011. 

_________________________ 

Informations connexes

 À propos de la plateforme pour l'eau de l'ICA 

L'ICA a été lancé à l'occasion du Sommet du G8 à Gleneagles, avec la mission d'aider à améliorer les vies et le bien-être économique des Africains en soutenant le développement d'investissements dans les infrastructures africaines en provenance de sources publiques et privées. Dans le cadre des démarches de l'ICA visant à promouvoir la coordination au niveau sectoriel, une Plateforme pour l'eau dirigée par l'Allemagne a été lancée en mai 2011. Cette plateforme facilite la mise en relation des membres de l'ICA et des parties prenantes africaines dans le secteur de l'eau, en organisant régulièrement des dialogues pour encourager les investissements communs.

 Objectifs de la plateforme pour l'eau de l'ICA :

  • Intensifier le financement d'infrastructures hydrauliques durables en Afrique en provenance de sources publiques, privées et publiques-privées.
  • Identifier et faciliter les projets hydrauliques rentables, en privilégiant les projets régionaux.
  • Instaurer un dialogue sur le financement entre les parties prenantes africaines, les partenaires de développement et le secteur privé pour promouvoir les meilleures pratiques, supprimer les goulets d'étranglement et faciliter les programmes d'infrastructure hydraulique régionaux et les initiatives des membres.
  • Encourager une meilleure coopération (alignée sur les priorités africaines, par exemple la Vision Africaine de l'eau pour 2025 ou la déclaration de Sharm El Sheikh) entre les membres de l'ICA et les initiatives et partenariats pertinents ; faciliter d'autres sources de financement importantes des infrastructures hydrauliques par le biais de réunions régulières de la Plateforme pour l'eau ; soutenir le plan de travail et les activités de mise en relation de l'AMCOW. 

Voir également

Prospectus/brochure

de la Plateforme pour l'eau Page Web de l'ICA dédiée au secteur de l'eau 


Abonnement au bulletin d’information

Abbonez-vous à notre bulletin trimestriel pour recevoir des mises à jour de ICA

Savoir Plus