Dépenses en infrastructures des gouvernements africains

Les allocations de dépenses nationales ont été rassemblées pour 48 gouvernements nationaux africains. Sur les 54 pays africains, il n'a pas été possible de recueillir des données pour six d'entre eux : Djibouti, Érythrée, Guinée-Bissau, Libye, Mauritanie et Soudan.

En 2018, les engagements pris par 48 gouvernements nationaux africains à l'appui de leurs propres infrastructures. s'élevaient à 37,5 milliards de dollars, soit 9 % de plus que les 34,3 milliards de dollars pour 47 pays présentés dans le rapport annuel du 2017, et 22 % de plus que les 30,7 milliards de dollars révisés pour 49 pays présentés en 2016.

Deux régions se sont engagées à verser beaucoup plus en 2018 qu'en 2017 : L'Afrique de l'Ouest a alloué 7,9 milliards de dollars, plus du double des 3,6 milliards de dollars alloués en 2017. L'Afrique du Nord a alloué 7,9 milliards de dollars, soit 22 % de plus que les 6,5 milliards de dollars engagés en 2017. L'Afrique de l'Est a engagé 28 % de moins en 2018 qu'en 2017. Les allocations des trois autres régions ont peu changé : L'Afrique australe est passée de 6,2 milliards de dollars en 2017 à 6,4 milliards de dollars en 2018. La République Sud Africaine est passé de 6,7 milliards de dollars en 2017 à 6,8 milliards de dollars en 2018, et celui de l'Afrique centrale de 2,9 milliards de dollars en 2017 à 2,5 milliards en 2018.

Les Transports

En 2018, comme les années précédentes, la part la plus importante (52 %) des budgets nationaux en infrastructures a soutenu des opérations dans le secteur des transports. En comparaison, les parts de marché s'élèveront à 59 % en 2017 et à 53 % en 2016. Les engagements dans le domaine des transports ont régulièrement augmenté ces dernières années, passant de 12,9 milliards de dollars en 2015 à 20,1 milliards en 2017. Une légère baisse a été observée en 2018, avec des engagements de 19,6 milliards de dollars.

La faible réduction globale (521 millions de dollars) des allocations au secteur des transports cache des changements substantiels au niveau régional : L'Afrique de l'Est a alloué 2,4 milliards de dollars de moins en 2018 qu'en 2017, l'Afrique du Sud a engagé 1,1 milliard de dollars de plus et l'Afrique de l'Ouest 1 milliard de plus. L'Afrique centrale et l'Afrique australe ont réduit leurs engagements de 165 millions de dollars et 161 millions de dollars respectivement. Au niveau des pays, l'Afrique du Sud (4,8 milliards de dollars), l'Égypte (2,6 milliards de dollars) et la Tanzanie (2,5 milliards de dollars) ont été les principaux bénéficiaires des allocations nationales destinées aux transports.

L'Eau et assainissement

Avec 5,6 milliards de dollars, les allocations budgétaires nationales au secteur de l'eau et de l'assainissement ne sont que légèrement inférieures aux 5,9 milliards de dollars alloués en 2017, et légèrement supérieures à la moyenne 2014-2017 (5,2 milliards). Ils représentaient 15 % du total des allocations budgétaires nationales. Au niveau régional, le changement le plus important a été une augmentation de 718 millions de dollars en Afrique australe. L'allocation pour l'Afrique du Sud a été réduite de 1 milliard de dollars. Des changements moins importants ont été enregistrés en Afrique de l'Ouest, avec une augmentation de 364 millions de dollars, et en Afrique de l'Est, avec une diminution de 334 millions de dollars.
Au niveau des pays, l'Afrique du Sud a alloué le montant le plus important à l'eau et à l'assainissement, soit 1,3 milliard de dollars, suivie de l'Angola avec 1 milliard de dollars.

L'Énergie

Les allocations au secteur de l'énergie dans les budgets nationaux se sont élevées à 7,7 milliards de dollars en 2018, soit 2,1 milliards (38 %) de plus qu'en 2017. La part des allocations à l'énergie est passée de 16% en 2017 à 20% en 2018. La majeure partie de cette augmentation (91 %) résulte d'une augmentation de 1,9 milliard de dollars de l'allocation des pays d'Afrique de l'Ouest au secteur de l'énergie.
L'Afrique du Nord a plus que doublé son allocation, passant de 777 millions de dollars en 2017 à 1,6 milliard de dollars en 2018. Ces fortes augmentations ont été quelque peu compensées par une réduction des allocations en Afrique du Sud (513 millions de dollars).

Une grande partie de la forte augmentation de l'allocation à l'Afrique de l'Ouest s'explique par une forte hausse au Nigeria (1,4 milliard de dollars en 2018 contre 185 millions de dollars en 2017), ce qui porte son allocation nationale à 1,6 milliard de dollars. Après le Nigeria, l'Angola a reçu la deuxième allocation nationale la plus importante pour l'énergie, 1,4 milliard de dollars, bien que ce montant soit inférieur à celui de 2017 (1,7 milliard de dollars)..

Les TIC

Les allocations nationales au secteur des TIC ont augmenté de 85 % pour atteindre 1,1 milliard de dollars en 2018, soit 514 millions de dollars de plus qu'en 2017. Les changements les plus notables ont été une augmentation de 193 millions de dollars de l'allocation en Afrique de l'Ouest et de 109 millions de dollars en Afrique centrale. Au niveau des pays, les allocations les plus importantes ont concerné le Kenya (160 millions de dollars) et l'Égypte (116 millions de dollars).

Multi-Secteur

Les budgets nationaux d'infrastructure alloués aux opérations multisectorielles ont augmenté de 62 %, soit 1,3 milliard de dollars. Des changements significatifs ont affecté toutes les régions : de fortes augmentations en Afrique de l'Ouest (732 millions de dollars), en Afrique du Nord (497 millions de dollars), en Afrique de l'Est (390 millions de dollars) et en Afrique australe (117 millions de dollars), et une forte baisse en Afrique centrale (393 millions de dollars). L'Afrique du Sud n'a signalé aucune opération multisectorielle en 2018 (ou en 2017).

Allocations budgétaires des gouvernements africains par secteur (en milliards de dollars), 2014-2018

Abonnement au bulletin d’information

Abonnez-vous à notre bulletin trimestriel pour recevoir les dernières nouvelles sur ICA

En savoir plus

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.