Les énergies renouvelables pourraient 'changer la donne' en Afrique

19 novembre 2015

Les membres du Consortium pour les Infrastructures en Afrique (ICA) ont fourni leur soutien intégral, cette semaine, pour aider l'Afrique à atteindre son objectif d'une alimentation électrique à hauteur de 300 GW issue des énergies renouvelables d'ici à 2030, en suggérant que cela pourrait contribuer à 'changer la donne' pour débloquer le potentiel énergétique de l'Afrique et stimuler la croissance économique. 

La réunion annuelle de l'ICA de cette année, qui s'est tenue à Abidjan les 16 et 17 novembre 2015, a conclu que l'accès au financement dans le cadre de projets inhérents aux énergies renouvelables représentait un défi moindre comparativement à la disponibilité de projets énergétiques bien préparés et rentables en termes de développement. 

La11e édition de la Réunion Annuelle de l'ICA a été organisée conjointement par le gouvernement allemand (Ministère fédéral du Développement et de la Coopération économique) et la Banque africaine de Développement (BAD), et était hébergée au siège de la Banque à Abidjan. Plus de 150 participants ont assisté à la réunion, dont des hauts fonctionnaires allemands (au titre de Présidence du G7), le Commissaire Infrastructures et Énergie de l'Union africaine, le vice-président de la Banque africaine de Développement, des représentants des Communautés économiques régionales, des parties prenantes africaines, des représentants d'autres donateurs internationaux ainsi que des acteurs clés du secteur privé au sein du secteur des énergies renouvelables. 

Au cours du premier jour de la réunion, limitée aux membres de l'ICA et aux observateurs invités, les participants ont déclaré et abordé les activités principales de l'ICA et ont fourni des recommandations inhérentes à ses activités et à sa future orientation stratégique. Le thème principal de la réunion était le rapport annuel de l'ICA, Tendances de Financement des Infrastructures en Afrique 2014, qui a été bien accueilli et loué. Le rapport indiquait qu'en 2014, plus de 74 milliards de dollars ont été consacrés au développement des infrastructures en Afrique, et que les déboursements des membres de l'ICA avaient atteint un taux record de 13 milliards de dollars. 

En s'exprimant sur la réaction au rapport, le Coordinateur de l'ICA, Mohamed Hassan, a déclaré  

“Les membres de l'ICA ont trouvé que la portée et l'analyse des données étaient remarquables, en particulier la couverture de 44 pays africains, tandis que l'enquête réalisée au sein du secteur privé s'est avérée être extrêmement utile dans le cadre de l'identification de contraintes majeures vis-à-vis de la création d'un environnement favorable.” 

L'Assemblée Plénière ouverte organisée le deuxième jour était axée sur la mise en œuvre d'initiatives consacrées aux énergies renouvelables en Afrique.  En plus de souligner le rôle essentiel que les énergies renouvelables peuvent jouer dans le développement économique de l'Afrique, et de mettre en évidence la nécessité d'un 'catalyseur' de projets consacrés aux énergies renouvelables bien préparés, les autres messages clés de la réunion incluaient les éléments suivants :

  • Une volonté politique et un engagement au plus haut niveau étaient vitaux dans le cas où l'Afrique atteignait son objectif d'une énergie renouvelable à hauteur de 300GW d'ici à 2030, mais ceci doit également être supporté par de solides institutions et structures qui inspirent la confiance.
  • Il n'existe pas de solution 'universelle' aux défis à relever concernant l'énergie en Afrique.  Les énergies renouvelables, en utilisant une série de technologies, peuvent jouer un rôle vital dans l'élargissement de l'accès à l'électricité, en particulier dans la mesure où certaines technologies peuvent être rapidement intégrées. 
  • Le rôle et l'expérience du secteur privé seront essentiels en cas d'atteinte de l'objectif de 300GW d'énergie renouvelable d'ici à 2030.
  • Le renforcement des capacités, l'amélioration des compétences, la création d'emplois et le partage des meilleures pratiques ont également été des facteurs clés dans le cas où l'Afrique atteint son objectif d'électricité à hauteur de 300GW d'ici à 2030.

La date de la Réunion Annuelle de l'ICA et sa concentration sur les énergies renouvelables étaient avantageux, étant donné la proximité de la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP21) qui se teindra à Paris au début du mois prochain. 

L'énoncé des résultats officiel de la 11e réunion annuelle de l'ICA sera rédigé au cours des prochaines semaines et publié sur le site web de l'ICA.


Catégories: Réunions, Communiqués de presse

Abonnement au bulletin d’information

Abbonez-vous à notre bulletin trimestriel pour recevoir des mises à jour de ICA

Savoir Plus