Rapport de l'ICA : « LIGHT INSIDE: THE EXPERIENCE OF INDEPENDENT POWER PRODUCERS IN NIGERIA »

18 juillet 2012

Ce rapport aborde l'environnement électrique actuel du Nigeria, en mettant l'accent sur les producteurs d'énergie indépendants (IPP) passés, actuels et à venir.

RÉSUMÉ 

Le changement et l'espoir sont de mise. Le Président nigérien, Goodluck Jonathan, a fait de la restructuration du secteur de l'électricité la principale priorité de son administration. Bien que la plupart des pays d'Afrique subsaharienne connaissent des problèmes d'alimentation électrique, le Nigeria doit faire face à des difficultés particulières du fait de sa taille et des multiples tentatives de réforme du secteur électrique qu'il a connues. Ce rapport aborde l'environnement électrique actuel du Nigeria, en mettant l'accent sur les producteurs d'énergie indépendants (IPP) passés, actuels et à venir.* Comment les IPP se sont-ils imposés dans le paysage énergétique, et quel a été leur impact à ce jour ? Quels sont les nouveaux IPP à être apparus ? Quelle est l'interface entre les IPP et le calendrier de réforme ? Pour terminer, comment le Nigeria peut-il mettre son expérience des IPP à contribution, notamment pour les autres pays confrontés aux mêmes difficultés inhérentes à l'électricité ? 

Depuis 2012, trois grands IPP produisent environ 25 pour cent de l'alimentation électrique du Nigeria, la production étant partagée entre Power Holding Company of Nigeria (PHCN) et les gouvernements d'État, à savoir environ 1 000 MW (IPP) et 3 000 MW (non IPP) respectivement. L'introduction des IPP s'est faite petit à petit (à partir de 1999), mais selon la « feuille de route », l'offre d'électricité privée va plus que doubler en moins de 5 ans, y compris par le biais de la vente des actifs de production du pays. Étant donné ce changement imminent et significatif, il est essentiel de tirer clairement les conclusions des expériences passées avec les IPP. 

À ce jour, les trois IPP ont contribué à faire progresser le processus de réforme, à la fois directement et indirectement. Tout d'abord, ils ont activement participé à la réforme au cours des 13 dernières années, en plus de la Commission nigériane de régulation de l'électricité (NERC). De ce fait, les IPP constituent un exemple probant aux yeux des investisseurs potentiels en matière de fourniture d'électricité privée dans le pays. Les parties prenantes du gouvernement ont notamment acquis une expérience non négligeable en matière de transactions dans le cadre de la répartition générale des risques pour les IPP. Elles ont également amélioré leur compréhension des contrats, notamment d'achat d'électricité et de carburant. De plus, les IPP existants ont contribué à mettre en œuvre des droits de douane reflétant les coûts, tout en tenant compte de l'urgence de réformer le réseau de distribution du gaz. L'accent a aussi été mis sur l'importance de mettre en œuvre des appels d'offres internationaux et/ou des procédures d'enchères et d'attribution de contrat plus transparentes. 

Dans le cadre actuel de restructuration du secteur électrique nigérien, plusieurs facteurs importants sont à noter concernant le développement des IPP. Les trois IPP existants n'ont pas été reproduits, mais ont été maintenus ; les contrats avec AES Barge, Okpai et Afam VI resteront tels quels, avec tout de même un changement important : le contrat d'achat d'électricité sera administré par le Distributeur en gros plutôt que par la Power Holding Company of Nigeria (PHCN), qui est désormais dissoute. Le Distributeur en gros est une entité de transition devant faire le lien entre les sociétés de production (les Gencos), les IPP et les sociétés de distribution (les Discos). En effet, les Gencos et les IPP vendront leur électricité au Distributeur en gros, qui la revendra ensuite aux Discos par le biais de contrats d'acquisition. Malgré ce changement institutionnel, du point de vue des IPP, la différence majeure viendra clairement des nouveaux fournisseurs d'électricité et de leurs accords commerciaux attendus. 

Ces nouveaux acteurs du marché sont variés et devraient comprendre les Gencos cédées, une sélection de projets nationaux d'énergie intégrée, des centrales d'autoproduction offrant plus de capacité et de nouveaux IPP. Un certain scepticisme s'est manifesté récemment, aucun IPP n'ayant vu le jour depuis 2008 et l'arrivée d'Afam VI, et ce malgré l'accent mis sur les réformes. Mais ce pessimisme n'est pas partagé par tous. D'après Citigroup Global Markets, « le Nigeria, l'Inde et le Vietnam devraient connaître la plus forte croissance de PIB réel par habitant jusqu'en 2050. » Le groupe a inclus le Nigeria parmi 11 pays en voie de développement caractérisés par une population jeune et pauvre avec toutefois des perspectives de croissance importantes dans l'ensemble des secteurs. D'après le Distributeur d'électricité en gros, qui est responsable des achats d'électricité à moyen terme, l'évolution des conditions du marché sera attrayante pour les nouveaux IPP, à condition que l'arrêté tarifaire pluriannuel atteigne le juste équilibre et envoie le bon signal aux investisseurs tout en prenant en compte les consommateurs. Les autres parties prenantes s'accordent sur un point : les IPP se présenteront d'eux-mêmes à mesure que la réforme existante prendra forme. 

Selon certains experts, le Nigeria occupe une position unique dans le contexte africain du fait de sa réelle disposition à investir et de la situation abyssale actuelle du réseau électrique, qui constitue un frein aux secteurs public et privé dans la grande majorité des activités. En d'autres termes, la demande est réelle et latente. De plus, d'après certains indicateurs, jusqu'à 1 000 MW de capacité supplémentaire sera fournie par trois à six IPP différents entre 2013 et 2015, avec un « effet boule de neige » après 2015. Cela dit, pour valider l'objectif de 40 000 MW à l'horizon 2020, il faudra compter sur une croissance exponentielle des investissements, et le Nigeria devra s'atteler à supprimer les entraves à son développement commercial. 

Certaines stratégies sont adoptées pour améliorer l'environnement d'investissement, et comprennent une garantie partielle de risque (GPR) critique, étendue au Distributeur en gros, mitigeant le risque de défaut des Discos et réduisant par conséquent le risque de voir apparaître de nouveaux Gencos. Bien que le processus de planification ait été interrompu par différentes administrations politiques et par l'implication de différentes agences gouvernementales, l'approche actuelle, couplée à une surveillance accrue, peut contribuer à améliorer la cohérence. Une restructuration du secteur gazier est également prévue, ce qui permettrait au pays de disposer d'une alimentation fiable en carburant pour ses projets énergétiques et mettrait fin à l'entrave majeure à laquelle doit faire face le principal IPP, AES Barge, depuis dix ans. En somme, l'avenir est prometteur, et grâce à une vision optimiste, une planification adéquate et des stratégies d'acquisition prudentes, il est à espérer que le Nigeria disposera d'un éclairage pérenne, tant sur le plan domestique qu'à l'extérieur. Dans l'immédiat, fort des réformes les plus importantes mises en œuvre par un pays africain à ce jour, le Nigeria a le potentiel d'offrir d'innombrables enseignements et études de cas aux autres pays. Les possibilités sont illimitées. 

_____________________________ 

*Aux fins du présent rapport, les IPP sont définis comme étant des projets d'électricité créés sous forme de sociétés de projet spécialisées présentant une proportion significative de fonds privés et/ou de dette, et des contrats d'achat d'électricité à long terme avec la compagnie nationale ou d'autres clients importants. La portée de la recherche se limite aux projets raccordés au réseau ayant atteint l'étape de clôture financière ainsi que ceux en construction, opérationnels, terminés ou conclus. Les locations à court terme et raccordées au réseau sont en grande partie exclues de l'analyse du fait des variations au niveau des méthodes de contractualisation. Sont également exclus les 4 000 à 8 000 MW issus de générateurs non raccordés au réseau, qui constituent une part significative de l'alimentation électrique du Nigeria, comme indiqué plus haut. 

Télécharger le rapport complet : « LIGHT INSIDE: THE EXPERIENCE OF INDEPENDENT POWER PRODUCERS IN NIGERIA » 

Publications associées 

WHEN THE POWER COMES: AN ANALYSIS OF IPPS IN AFRICA 


Catégories: Energie, Publications

Abonnement au bulletin d’information

Abbonez-vous à notre bulletin trimestriel pour recevoir des mises à jour de ICA

Savoir Plus