L'ICA participe au Forum ministériel sur l'énergie Afrique États-Unis qui se tiendra à Addis-Abeba, les 3 et 4 juin 2014

12 juin 2014

Le coordinateur de l'ICA, Mohamed Hassan et le Spécialiste de l'énergie de l'ICA, M. Callixte Kambanda, ont participé au Forum ministériel dur l'énergie Afrique États-Unis (USAEM) qui s'est tenu à Addis-Abeba, en Éthiopie, les 3 et 4 juin [2014]. La réunion, qui s'est déroulée sur deux jours, s'est caractérisée par une discussion collaborative et constructive entre l'ensemble des participants. 

“… La réunion a été excellente…”, a déclaré Mohamed Hassan, “… Nous étions ravis de voir une représentation de si haut niveau des agences gouvernementales américaines … cela nous a donné l'opportunité de solidifier nos plans pour la plateforme énergétique de l'ICA …  Les conversations entre tous les participants ont été franches, directes et axées sur des solutions, poursuit M. Hassan, … nous savons que le gouvernement américain est engagé dans des solutions électriques et énergétiques – et la réunion s'est terminée sur  des accords afin de développer un plan d'action clair pour catalyser le développement des énergies renouvelables au sein des pays africains…”. 

L'événement de l'USAEM est une conséquence directe du séjour du Président des États-Unis, Barack Obama, en Afrique en juin-juillet 2013, lors duquel il avait appelé à un niveau supérieur d'engagement commercial et énergétique avec l'Afrique [Énergie pour l'Afrique].  En juin de cette année, sous l'égide du Président Obama, le Secrétaire d’État américain à l'énergie, Ernest Moniz, le Président américain de la Banque d'import-export, Fred Hochberg, l'Administrateur de l'Agence américaine de Développement international, Rajiv Shah, la Présidente et Directrice générale de la Société de promotion des investissements privés à l'étranger, Elizabeth Littlefield, le Directeur de l'Agence américaine pour le commerce et le développement, Leocadia Zak, le Vice-président de Millennium Challenge Corporation du département des Opérations Compactes, Kamran Khan, et le Vice-président du Conseil d'Administration de la Fondation pour le développement Afrique États-Unis, John Agwunobi, ont offert leur soutien à l'USAEM. 

“…Les discussions lors des débats et parmi l'ensemble des participants étaient principalement axées sur le financement des infrastructures, la préparation de projets, l'efficacité énergétique et l'initiative Énergie pour l'Afrique… a affirmé M. Callixte Kambanda, Spécialiste de l'énergie de l'ICA, … et nous avons pu avoir des discussions significatives avec nos amis du Département du  Trésor des États-Unis et du Département de l’Énergie des États-Unis, poursuit M. Kambanda – L'USAEM offre à tous les participants l'opportunité de rencontrer l'ensemble des agences américaines impliquées dans l'initiative Énergie pour l'Afrique … et cela s'est avéré réellement utile …” 

Le Premier ministre éthiopien, Hailemariam Desalegn, s'est adressé à l'USAEM lors de la séance plénière d'ouverture, en soulignant le reconnaissance de l’Éthiopie du rôle primordial joué par l'énergie dans l'amélioration du bien-être des peuples. Il a mis l'accent sur le besoin d'augmenter l'investissement dans les services inhérents à la production et à la consommation d'énergie dans le cas où l'Afrique continue à monter en puissance, et il a exprimé sa reconnaissance à l'égard de l'Initiative Énergie pour l'Afrique mise en œuvre par le Président Obama en tant que pas dans la bonne direction. Il a également exprimé sa reconnaissance vis-à-vis du dialogue de haut niveau à long terme récemment initié dans le secteur énergétique entre l'Afrique et ses partenaires de développement, et a remercié le Secrétaire d’État américain de l'énergie pour les annonces faites plus tôt, qui devraient contribuer à renforcer la capacité de développement énergétique en Afrique. Le Premier ministre a souligné le fait que les nations africaines comprennent qu'afin d'attirer le financement du secteur énergétique dans le secteur privé, il est nécessaire d'augmenter les tarifs énergétiques, lorsqu'ils sont subventionnés par les gouvernements, pour qu'ils reflètent les prix du marché. 

Il a toutefois souligné le fait que de nombreux gouvernements africains considéraient l'électricité comme une prestation sociale et un outil de développement plutôt que comme un service commercial et que cette opinion devait également être respectée lors de la réforme de la politique énergétique. Un solution équilibrée doit être trouvée afin d'encourager les investissements et de répondre aux besoins en termes de développement. Il a fait écho avec la déclaration du Secrétaire, M. Moniz, selon laquelle l'USAEM contribuera à promouvoir les partenariats entre le secteur public et le secteur privé d'Afrique et des États-Unis et a déclaré que l'USAEM ouvrira la voie pour l'exploration d'opportunités disponibles au sein du marché énergétique en Afrique. 

Le Secrétaire américain de l’Énergie, Ernest Moniz, a souligné le solide engagement des États-Unis vis-à-vis de l'atteinte des nations africaines de leurs objectifs de développement énergétique et de l'opportunité économique susceptible d'être réalisée par le biais de cette croissance. Il a également mis en évidence l'initiative mise en œuvre par le Président Obama, Énergie pour l'Afrique, en soulignant les progrès réalisés et la priorité constante représentée par cette initiative au fil de sa progression. Il a annoncé l'initiative Énergie pour l'Afrique "Au-delà du Réseau". Ces technologies sont susceptibles de contribuer à étendre l'accès à des services énergétiques modernes et garantir la fiabilité des systèmes énergétiques hors-réseau. Le Secrétaire, M. Moniz s'est exprimé au sujet de l'opportunité pour l'USAEM de produire des idées au sujet d'une collaboration susceptible d'avancer le programme du Sommets des Dirigeants d'Afrique et des États-Unis organisé à Washington, DC les 5 et 6 août 2014. 

La Commissaire de l'Union africaine chargée des infrastructures et de l'énergie, Mme Elham Mahmood Ahmed Ibrahim, a exprimé une opinion panafricaine au sujet de la croissance énergétique sur le continent, en mettant en évidence une nouvelle collaboration entre les nations africaines, plus particulièrement au niveau régional, et le Président du CERA, Daniel Yergin, a passé en revue les tendances actuelles inhérentes au secteur énergétique africain et mondial, en faisant remarquer les récents développements relatifs à la capacité de production grandissante et à la consommation croissante. Fatih Birol, Économiste en chef de l'Agence internationale de l’Énergie, a présenté des informations relatives à la portée et aux objectifs du rapport  World Energy Outlook 2014,  en prévisualisant un rapport spécial qui permettra de partager les résultats d'une concentration sur l'Afrique de la part de l'ensemble du continent. 

Lors d'une séance à huis clos, les ministres ont discuté des mesures concrètes à mettre en œuvre pour encourager un développement et une utilisation plus importants de l'énergie. Les ministres ont également discuté d'une stratégie et des prochaines étapes pour un développement durable des infrastructures énergétiques en Afrique. La création d'échanges techniques, la discussion des meilleures pratiques en termes de gouvernance, l'encouragement des investissements privés, et l'exploration de méthodes de financement faisaient partie des sujets de la discussion. 

Des ministres et autres agents gouvernementaux, des représentants du secteur privé aux États-Unis et en Afrique, ainsi que des dirigeants internationaux ont participé à dix débats axés sur une série de sujets liés à l'énergie. Les débats étaient axés sur la gouvernance énergétique, les outils de financement énergétique américains et multilatéraux, le développement d'un mini-réseau, de déploiement de l’efficacité énergétique, le leadership énergétique et des femmes, l'initiative Énergie pour l'Afrique, le développement des énergies renouvelables, l'utilisation du gaz, la stabilité nationale de réseau, les technologies de réseaux intelligents, et les échanges techniques en termes de renforcement des capacités énergétiques. 

Les participants ont exprimé leur reconnaissance pour l'hébergement du Forum par les dirigeants éthiopiens. Les ministres et les hauts fonctionnaire de l'Union africaine, la République algérienne démocratique et populaire, la République d'Angola, la République du Bénin, la République du Botswana, le Burkina Faso, la République du Burundi, la République du Cap-Vert, la République du Tchad, l'Union des Comores, la République de Côte d'Ivoire, la République démocratique du Congo, la République de Djibouti, la République arabe d’Égypte, la République de Guinée équatoriale, la République du Gabon, la République de Gambie, la République du Ghana, la République de Guinée, la République du Kenya, le Royaume du Lesotho, la République du Liberia, la Libye, la République du Malawi, la République du Mali, la République de Mauritanie, le Royaume du Maroc, la République du Mozambique, la République de Namibie, la République fédérale du Nigeria, la République du Congo, la République du Rwanda, la République du Sénégal, la République des Seychelles, la République de Sierra Leone, la République d'Afrique du sud, la République du Soudan du Sud, le Royaume du Swaziland, la République unie de Tanzanie, la République du Togo, la République de Tunisie, la République d'Ouganda, et la République de Zambie ont participé à la réunion. Les participants multilatéraux comprenaient les Nations Unies, l'Agence internationale de l’Énergie, la Banque mondiale, le Fonds Monétaire international et la Banque africaine de Développement. 

“… Les orateurs ont appelé les ministères des pays africains à prêter attention à l'Efficacité énergétique lors de la conception des politiques – et ont souligné le fait que l'efficacité énergétique contribuait non seulement à la réduction des émissions de carbone – mais permettait également de réduire la consommation –en abordant ainsi la question relative au déficit énergétique ; un grave problème dans plusieurs pays africains…” a déclaré M. Kambanda. 

“ … Nous avons discuté du besoin croissant de renforcement [formation] des capacités dans le cadre de la préparation de projets – et nous avons parlé d'idées spécifiques sur lesquelles l'ICA et l'USG peuvent collaborer … donc, encore une fois, nous sommes ravis d'avoir participé à cette réunion …” a déclaré M. Hassan.


Catégories: Energie

Abonnement au bulletin d’information

Abbonez-vous à notre bulletin trimestriel pour recevoir des mises à jour de ICA

Savoir Plus