Madagascar: Financement des infrastructures: Bientôt un fonds via les recettes minières

30 January 2014

La Gazette de Madagascar

Pose de la première pierre des travaux de la RN9 et Projet de réhabilitation des infrastructures dans la région du Sud-Ouest (PRIASO)... Avec une partie des projets financés par la Banque africaine de développement (BAD) démarrés hier à Toliara, le président de la république, Hery Rajaonarimampianina a déclaré : « Il s'agit des prémices des grands travaux pour le développement du pays, le développement du tourisme, la création d'emplois... ».

Ainsi, le président suit la ligne de sa campagne électorale, soit la réalisation de grandes infrastructures pour le développement. Il ne compte pas seulement sur les bailleurs de fonds pour financer les travaux.

Le pays devra donc apporter une contribution plus importante dans le financement via le futur fonds alimenté par les recettes minières. Avec les financements extérieurs habituels, ce fonds financera des travaux routiers, la construction d'écoles, d'universités, d'hôpitaux...

La mise en place de fonds permettra au pays de faire une petite révolution dans le domaine des finances publiques, tout en répondant aux nouvelles règles de l'Initiative pour la transparence dans l'industrie extractive (EITI). Parmi ces nouvelles règles obligatoires dès cette année, citons l'utilisation des recettes minières.

Il est aussi clair que malgré la politique de désengagement de l'Etat ou de libéralisation décidé depuis es décennies déjà, le président souligne que le financement des grands travaux pour le secteur de la production sera du ressort de l'Etat.

Hery Rajaonarimampianina s'en tient ainsi aux idées qu'il a lancées lors de la campagne électorale. En effet, il a parlé d'un mix en termes de politiques socioéconomiques lorsqu'il a rencontré les groupements du secteur privé lors de la campagne électorale. Cela veut dire qu'il ne s'agit pas de s'en tenir exclusivement à un seul et unique principe économique et macroéconomique.

Si on prend en considération le monde rural, cette option pour le mix est évidente. La pauvreté extrême frappe plus de 60% de la population d'après les don nées onusiennes. Dans ce cas, il est illusoire de solliciter les ruraux pour financer des travaux de moyenne et de grande envergure.

Rappelons que l'ensablement et la dégradation de nombreuses infrastructures hydro agricoles découlent souvent de la politique de désengagement imposée par les bailleurs de fonds depuis les années 80.

Pour l'Atsimo Andrefana, le projet PRIASO signé le 8 juillet 2013 et prévu être clôturé le 31 décembre 2018 portera sur la réhabilitation des infrastructures rurales de la région et le renforcement des capacités et de développement agricole.

Le ministre de l'Agriculture, Roland Ravatomanga précise que ce projet devrait concerner dans les 13 000 ha. Le Projet de réhabilitation du périmètre irrigué de Manombo (PRPIM), également financé par la BAD porte sur l'aménagement du périmètre et la protection du bassin versant ainsi que le développement agricole.

Toujours financé par la BAD, la rénovation du Bas-Mangoky est également en cours selon le ministre. Ce dernier explique que la région regorge de potentiel agricole : « Il est tout à fait possible d'y avoir 2 récoles annuelles avec un rendement de 5t/ha, nettement supérieur à la moyenne nationale. Sur 2 récoltes donc, on peut avoir 10 à 12t/ha/an ».

Ces différents projets agricoles et routiers permettront d'améliorer la sécurité alimentaire de la région, augmenter le revenu des paysans, les aider à avoir accès aux marchés...

Dans le domaine de la santé, le centre régional de transfusion sanguine, également financé par la BAD a été aussi inauguré hier. Les projets en cours financés par la BAD à Madagascar sont au nombre de 14 pour un financement total de 390 milliards Ar.


Categories: Transport

Subscribe to @ISSUE

Subscribe to our quarterly newsletter to get up-dates from the ICA

Learn More