Encadré: Transports – Le Projet de corridor commercial de la CEMAC

Contexte

Afin d’améliorer l’efficacité des activités commerciales et du transport dans la région CEMAC, le Projet de Corridor commercial de la CEMAC a été approuvé par les États membres en 2006. Les coûts de transport en Afrique centrale sont parmi les plus élevés du continent africain. Pour le Tchad et le Cameroun, ces coûts représentent respectivement environ 52% et 33% de la valeur des exportations. Avant la mise en place du projet de Facilitation du Transport et du Commerce de la CEMAC, le transport du fret à partir de Douala (Cameroun), principal port et porte d’entrée régionale, demandait 15 jours pour atteindre N’Djamena au Tchad et 10 jours pour atteindre Bangui en République centrafricaine. Les retards au niveau du port pouvaient provoquer un supplément pouvant aller jusqu’à 28 jours.

(Communauté économique et monétaire de l’Afrique Centrale)

Le projet vise à favoriser un commerce régional efficace entre les États membres de la CEMAC et à accroître l’accès aux marchés mondiaux.

Rôle des parties prenantes

Une bonne collaboration entre les financeurs était essentielle à la réussite de la préparation du projet. Le projet est financé à travers un mécanisme de financement parallèle regroupant la Banque africaine de développement (BAD), la Commission européenne (CE), l’Agence française de développement (AFD) et la Banque mondiale (BIRD). Au stade de la préparation du projet, la BAD et la Banque mondiale ont élaboré un cadre commun pour partager et échanger l’expertise technique en vue de la conception du projet. Un groupe de consultation informel a été formé et un Protocole d’accord a été préparé entre ces quatre financiers. Au niveau régional, trois participants, à savoir le Cameroun, la RCA et le Tchad, ont formé un comité directeur en s’appuyant sur le cadre CEMAC relatif à la coordination des projets. Au niveau des pays, un ministère chef de file a été désigné pour coordonner les questions multisectorielles avec les autres ministères et sociétés parapubliques intéressés.

Financement et délais

Le projet est à son stade de lancement et seuls deux financeurs ont conclu des accords de financement. En juin 2007, la Banque mondiale a approuvé un financement de 201 millions de dollars en faveur de ce projet impliquant trois pays. En février 2007, la BAD a signé des accords de prêt de 67 millions de dollars avec la CEMAC et la République centrafricaine et elle signera un autre accord de prêt de 76 millions de dollars en 2008

 

Abonnement au bulletin d’information

Abbonez-vous à notre bulletin trimestriel pour recevoir des mises à jour de ICA

Savoir Plus