Qui finance le développement des infrastructures en Afrique ?

Les investissements globaux consacrés au développement des infrastructures en Afrique, en provenance de toutes les sources déclarées, ont chuté, passant de 78,9 milliards de dollars en 2015 à 62,5 milliards de dollars en 2016, soit le taux le plus faible en cinq ans ;  

La baisse des investissements entre 2015 et 2016 est largement due à une réduction significative (à hauteur de 14,5 milliards de dollars) du financement chinois déclaré et à une réduction de 4,9 milliards de dollars de l'investissement en provenance du secteur privé. Dans l'ensemble, les investissements ont baissé de 16,4 milliards de dollars entre 2015 et 2016. 

La baisse de l'investissement chinois a particulièrement touché le secteur de l'énergie, avec une baisse des investissements globaux consacrés au secteur de 14,7 milliards de dollars (soit 42 %) entre 2015 et 2016. Le financement à hauteur de 1 milliard de dollars consacré par la Chine au secteur des transports en 2016, comparativement au financement de l'année précédente, qui s'élevait à 10 milliards de dollars, explique en majeure partie la baisse globale du financement. 

Des investissements à hauteur de 18,6 milliards de dollars en provenance des membres de l'ICA ont été rapportés en 2016. Tandis qu'il s'agit d'une baisse de 6 % comparativement aux 19,8 milliards de dollars investis en 2015, les investissements réalisés par les membres de l'ICA sont restés globalement constants au cours des cinq dernières années, avec une moyenne de 18,9 milliards de dollars.


Flux de financements déclarés et identifiés dans des infrastructures en Afrique, 2016


Les crédits budgétaires financés en interne alloués par les gouvernements nationaux africains pour le développement des infrastructures, qui indiquaient une tendance à la hausse jusqu'en 2014, ont demeuré à la baisse en 2016 avec 26,3 milliards de dollars, bien que ceci ait indiqué une légère amélioration comparativement aux crédits budgétaires financés en interne à hauteur de 24 milliards de dollars rapportés en 2015.

Le Groupe de coordination arabe (GCA) a indiqué des investissements à hauteur de 5,5 milliards de dollars en 2016, soit la troisième augmentation annuelle consécutive et le montant le plus élevé des huit dernières années, période pour laquelle l'investissement annuel moyen s'est élevé à 3,8 milliards de dollars. 

Les investissements réalisés par l'Inde ont plus que doublé en 2016, pour atteindre 1,2 milliard de dollars comparativement aux 524 millions de dollars consacrés en 2015. La Corée du Sud a consacré 432 millions de dollars à quatre projets en 2016, comparativement à un investissement unique de 81 millions de dollars en 2015. Le Brésil a annoncé qu'il ne réaliserait pas de nouvel investissement en 2016. 

Des investissements à hauteur de 924 millions de dollars, soit plus du double comparativement aux investissements réalisés en 2015 (419 millions de dollars), ont été rapportés en provenance de quatre banques de développement régional non membres de l'ICA – BOAD, EBID, TDB et EADB. Les investissements réalisés par les DFI européens non membres de l'ICA ont totalisé 392,2 milliards de dollars en 2016, soit une baisse significative par rapport à 2015 (876 millions de dollars). 

*Tandis que le total de 62,5 milliards de dollars en 2016 est supérieur aux 55,9 milliards de dollars et aux 41,5 milliards de dollars indiqués dans les éditions 2010 et 2011 de ce rapport, les données inhérentes aux crédits budgétaires alloués par les gouvernements nationaux africains (dont la moyenne s'élevait à 28,4 milliards de dollars au cours des cinq années précédant 2016) n'ont pas été incluses à cette date.

Abonnement au bulletin d’information

Abbonez-vous à notre bulletin trimestriel pour recevoir des mises à jour de ICA

Savoir Plus

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.