Aéroports

  • La mauvaise performance en matière de sûreté – due essentiellement au non-respect des normes de sûreté et à une supervision peu stricte – constitue le principal défi auquel l’industrie du transport aérien doit faire face en Afrique à l’heure actuelle.
  • La capacité des pistes et des terminaux aéroportuaires est suffisante, en général, mais le contrôle du trafic aérien et les installations de surveillance appellent d’importantes améliorations.

Le transport aérien a enregistré une forte croissance en Afrique ces dernières années et le fret aérien devient partie intégrante du commerce d’exportation. Cependant, les disparités régionales persistent. Le transport aérien est onéreux en Afrique. Les redevances d’atterrissage sont élevées, car à la différence d’autres régions du monde, les concessionnaires des aéroports africains n’y apportent aucune contribution. Les coûts d’exploitation ont grimpé, suite à l’envolée des cours des produits pétroliers, et réduit les liaisons aériennes dans plusieurs pays africains. Le contrôle du trafic aérien doit être impérativement modernisé afin d’améliorer les tristes antécédents dans ce domaine. Le renforcement de la supervision réglementaire et la libéralisation totale sont des mesures stratégiques qui méritent d’être prises de toute urgence.

(Source : AICD)

Abonnement au bulletin d’information

Abbonez-vous à notre bulletin trimestriel pour recevoir des mises à jour de ICA

Savoir Plus