L'Afrique perd deux points de croissance chaque année en raison du manque d'infrastructures

19 juin 2014

Agence Ecofin



Le secrétaire exécutif de  la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique (CEA), Carlos Lopes (photo), a estimé, le 14 juin,  que le continent perd deux points de croissance chaque année en raison du manque d'infrastructures dont il souffre.
 


«L'état des infrastructures en Afrique est catastrophique. C'est aussi vrai p our l'énergie et les transports, pour le secteur de l'eau et des technologies de l'information et de la communication», a déploré M. Lopes qui s'exprimait à l'ouverture de la réunion préparatoire au sommet du Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD) sur le financement des infrastructures tenue à Dakar.
 


Le secrétaire exécutif de la CEA a, cependant, indiqué que le plus grand défi de l'Afrique reste le secteur de l'électricité.
 


«Alors que sa population est de 45 millions, l'Espagne génère autant d'électricité que 40 pays africains. En outre, seuls 38% des Africains ont accès à l'électricité, alors que la proportion est à 70% dans l'ensemble des pays en développement», a-t-il relevé.
 


M. Lopez a, par ailleurs, déclaré que le  rythme actuel de la croissance économique du contient africain  (environ 5% par an) est «insuffisant pour garantir son développement».
 


Pour combler le déficit de l'Afrique en infrastructures, les experts estiment les dépenses à près de 93 milliards de dollars par an et pendant plus d'une décennie.


Catégories: Infrastructures générales

Abonnement au bulletin d’information

Abbonez-vous à notre bulletin trimestriel pour recevoir des mises à jour de ICA

Savoir Plus