La téléphonie mobile en plein boom sur le continent africain

23 juillet 2014

Le Monde.fr
S'il reste inférieur à celui des Européens ou de certains Asiatiques (plus particulièrement Japon, Corée du Sud, Chine), l'usage du téléphone mobile en Afrique se développe.
 


Le continent, qui a littéralement sauté l'étape de l'Internet et de la téléphonie fixe, montre aujourd'hui un appétit considérable pour le mobile, plus simple d'accès et moins cher.

En effet, là où il fallait payer le raccordement à une ligne fixe, se battre contre l'administration ou les services techniques des opérateurs pour pouvoir communiquer, une simple carte SIM glissée dans un terminal mobile suffit.
 


Selon une note de Natixis datant de janvier 2014, la téléphonie mobile connaît aujourd'hui un taux de pénétration de près de 70 % sur le continent africain. U n chiffre qui devrait considérablement augmenter ces prochaines années avec le développement de l'Internet mobile.
 


L'arrivée des smartphones à bas coûts, dont certains ne dépassent aujourd'hui pas les 30 dollars (22,10 euros) pour des marques chinoises ou indiennes et la possibilité de recharger son crédit à la hauteur de ses besoins ont fait, en quelques années, exploser la demande.
 


« Le continent africain est très majoritairement dominé par les services mobiles prépayés qui, de par leur simplicité (pas de compte bancaire nécessaire, recharge non contrainte, pas d'impayé pour l'opérateur), vont continuer à tirer la croissance du secteur », écrivent les analystes de Natixis.
 


UN RÉSERVOIR DE CROISSANCE
 

Une facilité d'accès et d'usage qui a permis l'émergence de services mobiles quasi inconnus ou encore très balbutiants en Occident.

Le paiement mobile et le transfert d'argent en sont les exemples les plus emblématiques. Dans certains pays, il est possible de s'acquitter de sa facture d'électricité directement depuis son mobile.
 


De plus en plus d'Africains transfèrent des sommes d'argent à leurs proches habitant dans une autre ville grâce à leur crédit mobile. Selon une étude du cabinet BearingPoint, au Kenya, 30 % des flux financiers passent ainsi par le téléphone portable. Un record !
 


Autre exemple : au Sénégal, s'est développée la possibilité pour les pêcheurs de soumettre leurs stocks de poissons à des enchères avant d'arriver sur les marchés, le tout par SMS.
 


Résultat, l'Afrique est devenue une terre d'opportunité pour les opérateurs de télécommunications. Selon Natixis, le secteur devrait connaître une croissance moyenne de 9 % entre 2013 et 2020.

« Alors que le secteur des télécoms européens est englué dans la morosité avec des reculs de chiffres d'affaires et une réglementation toujours pesante (...), l'Afrique représente un réservoir de croissance pour les services de télécoms européens », indique la note de Natixis.
 


La concurrence est, cependant, féroce en Afrique, où certains pays, comme la République démocratique du Congo, comptent jusqu'à ; sept opérateurs différents.

Article original par Sarah Belouezzane


Catégories: TIC

Abonnement au bulletin d’information

Abbonez-vous à notre bulletin trimestriel pour recevoir des mises à jour de ICA

Savoir Plus