Le reseau ferroviaire Kenya-Uganda menacé par manque de capitaux

13 janvier 2010

Les actionnaires de Rift Valley Railways (RVR) ont reçu un ultimatum et un délai de deux semaines de la part des gouvernements kényan et ougandais pour transférer leurs intérêts à Kenya-Uganda Railway Holdings.

Ces derniers 18 mois, les  dispositions des actionnaires de RVR permettaient uniquement à ses partenaires d’injecter des fonds proportionnels aux capitaux propres du plus gros investisseur, Sheltam Rail Company dans le concessionnaire, selon Business Daily, et cela n’était pas suffisant.

Des fonds supplémentaires sont nécessaires pour acheter du matériel roulant, payer les redevances du gouvernement et encourager la productivité des employés.

Le Dr Cyrus Njiru, coprésident de la Joint Railway Commission, expliqua que les nouvelles dispositions permettraient aux actionnaires d’injecter davantage de capitaux mais aussi d’attirer des prêteurs internationaux désirant contribuer envers les 50 millions de dollars US (30,7 millions de livres sterling) nécessaires à chacun pour permettre un redressement.

Reuters annonça récemment que les deux pays cherchaient à réunir un total de 250 millions de dollars US de nouveaux capitaux à investir dans le projet ferroviaire et que la société de financement par capitaux propres Trans-Century, était la première à faire une offre vendredi dernier (8 janvier).<br/>

 


Catégories: Transport

Abonnement au bulletin d’information

Abbonez-vous à notre bulletin trimestriel pour recevoir des mises à jour de ICA

Savoir Plus