Les technologies de gouvernance de Global Voice Group (GVG), développées pour la régulation des télécommunications

4 septembre 2012

Les technologies de gouvernance de Global Voice Group (GVG), développées pour la régulation des télécommunications, permettent aux pays émergents et en voie de développement de mettre en place des mécanismes efficaces de financement innovants.

Face à une industrie mondiale des télécoms caractérisée par d'importants déséquilibres dans la redistribution des revenus générés par les communications internationales, particulièrement entre le Nord et le Sud, les sol utions de GVG ouvrent des avenues très prometteuses aux pays qui cherchent à augmenter équitablement l'apport de ces énormes revenus à leur propre développement. Un nombre croissant d'États appliquent ou envisagent d'appliquer des primes aux communications internationales entrant sur leur territoire pour financer différents programmes dans des domaines tels que l'éducation, l'accès universel, la télévision publique, le développement des TIC, etc. GVG met en place les technologies et les processus nécessaires pour optimiser la collecte de ces primes et contrôler ses impacts éventuels pour un résultat net positif.

La création de mécanismes de financement innovant est désormais une priorité pour les pays qui cherchent de nouvelles sources de r evenus stables pour financer leur développement sans recourir à l'endettement. Plusieurs organismes en font activement la promotion, notamment le Groupe Pilote sur les financements innovants pour le développement auquel participent la Banque Mondiale, l'OCDE, la Banque Africaine de Développement, le FMI et plus de 63 nations.

Sans les mentionner explicitement, la recommandation D-156 de l'Union Internationale des Télécommunications (UIT) sur les primes d'externalités de réseau va également dans le sens de ces mécanismes de financement innovants appliqués aux tarifs d'interconnexions internationaux.

En se fondant sur les revenus additionnels générés par ses projets dans les pays africains (Ghana, Congo, Guinée, Libéria, République centrafricaine, Guinée), G VG estime à .40 US par abonné mobile les fonds mensuels que permettrait de recueillir un tel mécanisme de financement innovant. Pour l'ensemble de l'Afrique avec ses 600 millions d'abonnés, il s'agirait d'un apport en fonds additionnels de près de 3 milliards US annuellement par le biais d'une prime sur les appels internationaux entrants. De plus, cette mesure n'a aucun impact sur les coûts payés par les abonnés locaux des pays qui l'adoptent puisqu'elle s'applique uniquement au tarif de gros des appels reçus de l'étranger, majoritairement d'Europe et d'Amérique du Nord.

Les besoins de l'Afrique sont énormes en matière de développement et d'infrastructures dans tous les domaines. Comme le mentionnait le président de l'Africa Finance Corporation, Andrew Alli: "Nous devons chercher d e nouveaux moyens de financer les infrastructures à travers le continent et réinventer les instruments qui sont actuellement en place."

L'expérience de GVG démontre que l'innovation en matière de financement est tout à fait possible, pour peu que l'on mette en place les systèmes et procédures permettant d'optimiser les nouveaux mécanismes.


À propos de GVG
Fondé en 1998, Global Voice Group S.A. développe et met en place des solutions avancées de gestion et de supervision pour les autorités de régulation des télécoms. Investisseur et partenaire de premier plan, nous optimisons les capacités des régulateurs à tous les niveaux face aux défis actuels et futurs du secteur autant à l'échelle nationale que dans un contexte in ternational.


Catégories: Infrastructures générales

Abonnement au bulletin d’information

Abbonez-vous à notre bulletin trimestriel pour recevoir des mises à jour de ICA

Savoir Plus