50 milliards de FCFA pour des liaisons maritimes dans les ports d'Afrique centrale et de l'ouest

25 juin 2014

APA

Le projet de réalisation d'une liaison maritime le long des côtes de l'Afrique centrale et de l'Afrique de l'Ouest coûtera plus de 50 milliards de FCFA, selon une nouvelle évaluation faite par des responsables dudit programme dénommé 'Projet régional Sealink', au terme de leurs travaux dans la métropole économique camerounaise de Douala.

Initialement estimé à 30 milliards de FC FA lors de son lancement en 2011, ce projet a été réévalué compte tenu de 'la forte sollicitation des investisseurs observée lors des deux derniers forums d'investissement à Accra et à Abidjan', a déclaré le président de ce regroupement privé, Wilson Attah Krofah.
 


Il s'agit d'après les promoteurs de ce projet, d'apporter une réponse idoine à la faiblesse des échanges économiques et commerciaux entre les pays africains, en l'occurrence, ceux d'Afrique du Centre et de l'Ouest, d'autant que 'nous avons constaté qu'il faut parfois que les produits partis d'un pays africain transitent d'abord par l'Europe avant de parvenir à destination qui n'est qué un autre pays africain', ont reconnu des experts.
 


Le chronogramme des travaux prévoit, dans un premier temps, de créer trois itinéraires de transport maritimes : l'itinéraire Dakar-Freetown, en passant par Banjul Bissau et Conakry avec cinq voyages par mois, l'itinéraire Cotonou-Libreville avec quatre voyages mensuels, et le troisième itinéraire qui reliera Dakar à Libreville.
 


Mis en place par la Banque nigériane d'import et d'export (NEXIM) Bank, la Fédération des chambres de commerce et d'industrie de l'Afrique de l'Ouest et Centrale (FCCIAO) et TRANSIMEX, un fournisseur intégré des services logistique au Cameroun, le projet Sealink bénéficie de l'appui et de l'accompagnement de plusieurs institutions et organismes internationaux.
 


Il s'agit entre autres, de la Banque africaine de développement (BAD), de l'Organisation maritime de l'Afrique de l'Ouest et de l'Afrique centrale (OMAOC) ou encore de l'Union des conseils des chargeurs africains (UCCA).


Catégories: Transport

Abonnement au bulletin d’information

Abbonez-vous à notre bulletin trimestriel pour recevoir des mises à jour de ICA

Savoir Plus