Djibouti et la Banque Mondiale signent un accord pour le développement de la géothermie

18 October 2013

Xinhu

La Banque mondiale et Djibouti ont signé lundi un accord de financement pour l'exploitation des ressources volcaniques de Djibouti afin de produire de l'énergie géothermique.

L'IDA, institution de la Banque mondiale dédiée aux pays les plus pauvres de la planète, fournira au Projet de production d'énergie géothermique de Djibouti un crédit d'un montant de 6 millions USD assorti de conditions très avantageuses.

Les documents-cadres de cet accord ont été paraphés par le ministre djiboutien des Finances et de l'Économie, M. Ilyas Moussa Dawaleh, et la vice-présidente de la Banque mondiale pour la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord, Mme Inger Andersen.

Ce projet a été pour aider Djibouti à évaluer la viabilité commerciale des ressources géothermiques dans la caldeira de Fiale, située dans la région du lac Assal, situé au sud de Djibouti.

Le développement de capacités de production d'énergie géothermique pourrait permettre à ce petit pays de l'Afrique de l' est de moins d'un million d'habitants de satisfaire entièrement sa demande de pointe, atténuer sa dépendance énergétique et à réduire de 70 % les coûts de production de l'électricité.

Le projet, dont le coût total se monte à 31 millions de dollars, sera financé aussi par le Fonds de l'OPEP pour le développement international (FODI), la Banque africaine de développement (par le biais du Fonds africain de développement), le Fonds danois pour l' énergie durable en Afrique et l'Agence française de développement. Les autorités de Djibouti, pour leur part, contribueront à hauteur de 500 000 dollars.

Djibouti qui utilise actuellement 65% d'énergie hydroélectrique en provenance de la ligne d'interconnexion avec l'Ethiopie ambitionne de devenir le premier pays africain utilisant 100% d' énergie verte à l'horizon 2020.


Categories: Energy

Subscribe to @ISSUE

Subscribe to our quarterly newsletter to get up-dates from the ICA

Learn More